Back

«Ne plus enseigner comme au temps de la guerre»

Bruno Gruyer, directeur du collège sans classes et sans notes à Bordeaux, revient sur son expérience, fait le bilan des aspects positifs et pointe du doigt les obstacles rencontrés.

« Sur la mise en place, j'ai bénéficié d'une opportunité. À Bordeaux, une fois par an, les directeurs d'établissements peuvent proposer au rectorat un projet innovant. J'ai décrit le nôtre en une dizaine de pages. Le rectorat a donné un avis favorable en précisant que c'était un projet très intéressant . . .

Contenu réservé aux abonnés. Rejoignez-nous à prix libre et sans engagement.

Déjà abonné ? Connectez-vous !

À propos de l'auteur /

Impact(s) est un slowmédia indépendant dédié au journalisme de solutions.