Back

Des cours de gym sur les balcons des résidences pour personnes âgées

Information, entraide, ressources pédagogiques, accompagnement au télétravail, lutte contre l’isolement… Depuis le début du confinement, nombreuses sont les structures à travailler pour répondre au mieux aux enjeux soulevés par le contexte particulier. Qu’elles mènent des actions spéciales ou intensifient leur activité habituelle, Impact(s) donne la parole à ces associations, ces entreprises, ces collectifs citoyens…

Arielle Piazza, adjointe aux sports, à la jeunesse et à la vie étudiante à la mairie de Bordeaux, revient sur la mise en place par la collectivité de cours de gym sur les balcons de résidences pour personnes âgées.

D’où vous est venue cette idée de donner des cours de gym aux seniors sur leur balcon ? 

L’initiative vient à l’origine de Sébastien, un maître nageur sauveteur d’une piscine de la municipalité, qui a dû fermer à cause de l’épidémie de Covid-19. Au moment du confinement, la ville de Bordeaux a dû s’adapter aux besoins. Nous avons redéployé beaucoup de nos agents sur des missions de service public. Sébastien a donc été affecté à une maison de retraite pour du portage de repas et l’entretien des lieux. Il s’est dit tout naturellement « il faut que je donne du sens à cette action ». Il a donc donné rendez-vous aux résidents sur leurs balcons pour leur faire pratiquer une activité physique.

L’idée est donc de préserver la santé des seniors pendant le confinement ?

Oui mais pas seulement. Ces personnes âgées qui ne se rencontraient plus peuvent recréer du lien social à travers une activité physique et ludique. Ce cours devient un repère du quotidien pour elles. C’est très important car le confinement peut être particulièrement difficile à vivre pour les personnes âgées, qui souffrent déjà beaucoup de l’isolement.

Comment et où cela se déroule-t-il ?

Les séances se déroulent deux fois par semaine, le mardi et le jeudi. Sébastien a commencé il y a deux semaines dans l’établissement où il est affecté. Il s’est rendu dans une autre maison de retraite cette semaine et nous allons voir s’il est possible de développer cette idée dans d’autres établissements.

Quelle est l’activité pratiquée ?

C’est essentiellement de l’activité physique d’entretien. Sébastien fait de la gym adaptée au public senior avec des gestes simples, dans des conditions de sécurité optimales. Nous savions que cette initiative allait trouver des clients car les seniors sont souvent très intéressés par ce type d’activités. En général, elles leur sont d’ailleurs recommandées par leur médecin.

Quel est l’investissement pour la ville de Bordeaux ?

C’est une initiative vraiment simple à mettre en place car il n’y a besoin de presque rien. Nous avons seulement mis un micro à disposition de Sébastien. Toutes les consignes sanitaires sont respectées avec la distanciation. Il n’y a aucun frais car c’est sur la base du volontariat. Sébastien a proposé cette initiative en plus de la mission à laquelle il a été affecté. Il réalise cela bénévolement pour donner du sens à sa mission en ce temps particulier.

Cette initiative s’inscrit également dans la politique de la ville…

Oui tout à fait. À Bordeaux, notre politique publique veut mettre en avant le sport comme réponse à des enjeux de santé et de société. Nous avons institué dans les huit quartiers de Bordeaux l’initiative « Le sport santé prend ses quartiers ! ». Un projet qui propose aux habitants de Bordeaux une activité sportive gratuite tous les samedis pendant une heure et quart. L’été, nous proposons également 70 disciplines sportives gratuites pour les gens qui ne partent pas en vacances. C’est vraiment dans les gènes de la ville.

Pensez-vous poursuivre l’initiative après le confinement ?

Et bien pourquoi pas ! Nous avons prévu de faire un bilan de cette action avec le service des sports. Il faut bien entendu voir le fonctionnement de chaque établissement. Il existe déjà d’ordinaire de l’activité physique dans les pôles seniors. Mais c’est peut-être l’occasion de repenser cette compétence, notamment avec les beaux jours qui arrivent.

Avez-vous des conseils pour dupliquer l’initiative ?

Cette action est vraiment simple à mettre en place. Il faut des balcons, de l’espace et bien sûr l’accord de la direction. Ce qui généralement ne pose pas de problème.Il faut surtout de la volonté et de la collaboration. Comme toute activité physique, il faut pouvoir en décrire le cadre, notamment avec l’équipe de la maison de retraite. Comme Sébastien est entré dans l’équipe de la RPA, il a pu facilement développer son action. Il faut que cela soit porté par tout le monde, dans la confiance et la solidarité.

Impact(s) est un média lent et indépendant dédié au journalisme de solution.

Vous pouvez lire notre manifeste, et trouver ici quelques informations sur le contenu de l’abonnement, disponible à prix libre et sans aucun engagement. S’il vous reste des questions, vous trouverez peut-être la réponse dans notre FAQ.

*** Jusqu’à la fin du confinement, vous pouvez découvrir tous les contenus gratuitement grâce au code “decouverte” à entrer lors de votre abonnement. Votre première mensualité ne sera pas prélevée, et pouvez la modifier ou la résilier à tout moment.